Thèmes – Travail – Salaires

Places de travail, salaires et justice sociale !

La Suisse se trouve en plein milieu d’une grave crise économique. Et le plus dur, dont les licenciements qui ont été opérés jusqu’ici ne sont qu’un avant-goût, est à venir. Le chômage va toucher probablement jusqu’à 250’000 chômeurs, du jamais vu en Suisse. Il faut maintenant mettre en œuvre une politique courageuse et efficace pour lutter contre la crise et protéger la sécurité sociale.

Annexe Dimension

PD Places de travail de bons salaires et justice sociale.doc 31 KB

24 août 2009, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Des hausses de salaire malgré la crise !

Malgré la crise économique et une hausse du chômage, des augmentations de salaire ne sont pas un tabou pour les fédérations affiliées à Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses. Des augmentations de salaire soutiennent la consommation privée, le facteur de croissance le plus déterminant pour l’économie suisse. Cependant, les fédérations membres de Travail.Suisse adoptent une approche différenciée et prennent en considération la situation spécifique de chaque branche, voire de chaque entreprise. suite

Combler le retard salarial
Durant la période de haute conjoncture, les travailleurs et travailleuses ont été dupés. Alors que le PIB a crû de 13.9 pourcents entre 2004 et 2008, les salaires n’ont augmenté que de 0.5 pourcent selon l’indice des salaires. Un retard salarial évident persiste.

Des augmentations de salaire pour soutenir la consommation privée
La consommation privée menace de s’écrouler en 2010 et le revenu disponible va diminuer, en raison de la hausse des primes de caisse maladie. Les augmentations de salaire aident à soutenir la consommation privée, le facteur le plus important qui contribue à la croissance de notre économie.

La crise économique n’est pas uniforme
De réelles augmentations de salaire s’imposent et sont judicieuses dans l’industrie, en particulier du secteur principal de la construction et du second œuvre, pour les entreprises du service public et pour le secteur public. Elles doivent, de fait, être considérées comme un élément d’un programme conjoncturel.

Des augmentations pour les bas salaires – pas de hausse pour les managers
Les augmentations de salaire doivent avant tout concerner les bas revenus, alors que les managers doivent n’en bénéficier d’aucune. Cela permettra que les écarts salariaux soient enfin quelque peu comblés.

Industrie d’exportation – le maintien des postes de travail est prioritaire
Pour les entreprises en difficulté, la priorité doit être donnée au maintien des postes de travail. Au moyen de réductions de l’horaire de travail ou de modèles d’horaire de travail innovants, tout doit être entrepris afin de sauver des places de travail.

Annexe Dimension

PK 030809 f Text S Blank.doc 41 KB

PK 030809 f Text A Kerst.doc 136 KB

PK 030809 f Text E Dubuis.doc 936 KB

PK 030809 f Text P Heiri.doc 58 KB

03 août 2009, Arno Kerst, Vice-président de Syna et Susanne Blank, Responsable politique économique Drucker-icon

Dialogue sur l’égalité des salaires : Travail.Suisse participe

En présence du Conseiller fédéral Pascal Couchepin, les principales organisations faîtières des employés et des employeurs, dont Travail.Suisse, a rendu public début mars le dialogue sur l’égalité des salaires. Un projet d’une durée de quatre ans au minimum a été ainsi officiellement lancé. Il a pour but de motiver un maximum d’entreprises à vérifier leur système salarial et à prendre des mesures pour éliminer rapidement d’éventuelles discriminations. Le point sur les raisons du dialogue auquel Travail.Suisse participe et sur la démarche concrète.

Annexe Dimension

PD Dialogue des salaires.doc 62 KB

16 mars 2009, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon

Dialogue sur l’égalité des salaires : Travail.Suisse participe

En présence du Conseiller fédéral Pascal Couchepin, les principales organisations faîtières des employés et des employeurs, dont Travail.Suisse, a rendu public début mars le dialogue sur l’égalité des salaires. Un projet d’une durée de quatre ans au minimum a été ainsi officiellement lancé. Il a pour but de motiver un maximum d’entreprises à vérifier leur système salarial et à prendre des mesures pour éliminer rapidement d’éventuelles discriminations. Le point sur les raisons du dialogue auquel Travail.Suisse participe et sur la démarche concrète.

Annexe Dimension

PD Dialogue des salaires.doc 62 KB

16 mars 2009, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon

Travail.Suisse s’investit pour l’égalité des salaires

Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante de travailleuses et travailleurs, le projet lancé par le dialogue sur l’égalité des salaires revêt une importance primordiale, car il dépasse le seul respect des dispositions légales imposant une même rétribution pour un travail identique. Après plusieurs années d’un discours dominant axé sur le capital, le projet permet de thématiser la valeur du travail. De plus, l’égalité des salaires entre femmes et hommes, comme facteur central favorisant la conciliation entre le travail salarié et la famille, est d’une importance prépondérante pour l’avenir de la Suisse. suite

Travail.Suisse se réjouit de participer au projet initié par le dialogue sur l’égalité des salaires lancé aujourd’hui par les principales organisations faîtières du monde du travail suisse. La démarche proposée, pionnière dans le domaine de l’égalité des salaires, est fidèle à la tradition de dialogue et de recherche de solutions entre partenaires sociaux de Travail.Suisse. L’organisation faîtière indépendante de travailleuses et de travailleurs s’est pleinement investie dans l’élaboration du projet et continuera de le faire lors de sa mise en œuvre, pour deux raisons.

Pour une vraie estimation de la valeur du travail : Quand on parle de la valeur du travail, Travail.Suisse ne pense pas seulement à ce qui reste dans le porte-monnaie ou à la banque à la fin du mois. La valeur accordée au travail réalisé par les êtres humains a beaucoup souffert de l’euphorie engendrée par les gains faramineux obtenus par le capital comme facteur de production durant ces vingt dernières années. Seule une nouvelle façon d’évaluer le travail est à même de nous aider à sortir de la crise que nous traversons. Parce que cette crise n’est pas uniquement financière, elle renvoie aussi au mauvais choix de valeurs que notre société a fait. Le projet du dialogue pour l’égalité des salaires est un signal que l’on va dans la bonne direction.

Pour favoriser la conciliation entre famille et travail rémunéré : Même si les hommes ne se sentent pas directement concernés par les discriminations salariales, ils en subissent indirectement les conséquences. Car les différences salariales inexplicables entre femmes et hommes conduit les hommes à renoncer à exercer leurs devoirs de pères envers leur famille, pour la bonne raison que cela entraînerait une perte de revenu trop importante pour pouvoir être compensée par le revenu des mères. Une véritable répartition des tâches familiales et du travail rémunéré, qui va de pair avec le travail à temps partiel des pères, est simplement inabordable pour beaucoup de jeunes familles. Le succès économique de la Suisse est lié à la sécurité sociale et à une bonne qualité de vie. Permettre aux femmes et aux hommes de ce pays de travailler et en même temps mener une vie de famille convenable grâce à des conditions-cadres qui le permettent représente un investissement qui assure à notre pays un succès à long terme.

Pour plus d’informations : http://www.ebg.admin.ch/themen/00008/00072/00312/index.html?lang=fr

02 mars 2009, Martin Flügel, Président et Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon