Thèmes – Politique sociale – Prévoyance professionnelle

Adaptation du taux de conversion minimal dans la prévoyance professionnelle : Prématuré, trop rapide, trop axé la sécurité

En raison de la diminution des rendements attendus, le Conseil fédéral souhaite abaisser davantage le taux de conversion de la prévoyance professionnelle que ce qui était prévu dans la première révision de la LPP. Aux yeux de Travail.Suisse, un abaissement est à la rigueur envisageable; cependant, la cadence et l’ampleur prévues de cette baisse sont exagérées.

Annexe Dimension

PD Abaissement du taux de conversion dans la LPP.doc 35 KB

11 décembre 2006, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Message sur la baisse du taux de conversion LPP: Pas de baisse des rentes dans la précipitation

En raison de bas rendements attendus pour le futur, le Conseil fédéral veut baisser davantage le taux de conversion dans la prévoyance professionnelle que ce qui est prévu dans la 1ère révision LPP. Pour Travail.Suisse, on peut certes discuter d’une baisse selon les circonstances mais le rythme et l’ampleur de la baisse sont fortement exagérés et mènent à des baisses de rente inacceptables pour les personnes concernées. suite

Dans la 1ère révision de la LPP, on a décidé de diminuer le taux de conversion de 7,2 à 6,8 pour cent jusqu’en 2015 en raison de l’augmentation de l’espérance de vie. Maintenant le Conseil fédéral veut baisser encore plus et encore plus vite le taux de conversion en raison de la baisse des rendements. Si la tendance de plus bas rendements se confirmait – ce qui n’est pas le cas en ce moment – Travail.Suisse serait prêt à en discuter.

Mais le rythme prévu par le Conseil fédéral est dans tous les cas inacceptable. Une baisse de taux de conversion à 6,4 pour cent jusqu’en 2011 conduit en l’espace de quatre ans à une baisse des rentes de 10 pour cent. Travail.Suisse rejettera catégoriquement une pareille baisse des rentes de manière précipitée, laquelle, d’ailleurs, ne survivrait pas à une votation référendaire.

22 novembre 2006, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Travail.Suisse demande un taux d’intérêt minimal LPP de 3.25 pour cent

Selon la loi, le taux d’intérêt minimal dans le deuxième pilier doit être revu tous les deux ans. Pour Travail.Suisse, il est clair que les bons résultats des caisses de pension au cours de l’an passé permettent une forte augmentation du taux d’intérêt minimal. Pour donner à cette exigence le poids nécessaire, Hugo Fasel, président de Travail.Suisse et conseiller national PCS déposera, lundi qui vient, une intervention correspondante au Parlement. suite

Selon différentes enquêtes, les caisses de pension ont obtenu en 2005 des rendements moyens de 10 pour cent, voir plus encore. Cette évolution réjouissante doit maintenant aussi porter ses fruits pour les assurés. C’est pourquoi Travail.Suisse exige du Conseil fédéral, dans le cadre de la consultation des partenaires sociaux que la loi impose, une augmentation du taux d’intérêt minimal de 2.5 pour cent aujourd’hui à 3.25% pour l’an 2007 (voir l’annexe pour plus de détails).

Hugo Fasel, président de Travail.Suisse et conseiller national PCS, déposera au Parlement lundi qui vient une interpellation qui exige du Conseil fédéral une augmentation du taux d’intérêt minimal à 3.25 pour cent. Le Parlement pourra ainsi se prononcer sur les questions du taux d’intérêt minimal dans la prévoyance professionnelle qui sont centrales pour la confiance des assurés.

16 juin 2006, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Adaptation du taux de conversion minimal dans la prévoyance professionnelle

Annexe Dimension

20060421 Mindestumwandlungssatz.pdf 77 KB

21 avril 2006, Yvonne Debrunner, salaires des managers et Martin Flügel, Président Drucker-icon

Evitons toute réaction excessive sur le sujet de la baisse du taux de conversion de la LPP

Le Conseil fédéral veut abaisser le taux de conversion plus fortement et plus rapidement qu’il n’était prévu dans la première révision de la LPP. A la rigueur, Travail.Suisse peut comprendre cette attitude, en raison de l’augmentation de l’espérance de vie et de l’abaissement attendu des taux de rendement. Toutefois, le rythme proposé par le Conseil fédéral est inacceptable. En outre, cette nouvelle baisse des rentes du deuxième pilier montre une fois de plus qu’à des personnes dont les revenus sont faibles ou moyens, seule l’AVS peut offrir un fondement sûr de la prévoyance vieillesse.

Annexe Dimension

PD Taux de conversionc.doc 38 KB

28 novembre 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon