Thèmes – Egalité – Maternité et paternité

Le congé de paternité a un besoin urgent d’une base juridique

Travail.Suisse a mis à jour les chiffres sur la fréquence du congé de paternité dans l’économie suisse (à partir de mai 2018). Les contrats collectifs de travail les plus importants et les plus contraignants ont été analysés. Il s’avère que l’adoption d’un congé de paternité est un processus lent. Pour près de la moitié des salariés sous contrat collectif de travail, seuls 1 à 2 jours de congé de paternité sont encore prévus. Parmi les grandes entreprises, il existe de nombreux exemples de congés de paternité de 10 à 20 jours.

Les chiffres relatifs au secteur public en tant qu’employeur ont également été mis à jour. Pour la Confédération, les cantons, les 30 plus grandes villes et les capitales cantonales, le congé paternité de 5 à 10 jours devient la norme. Cependant, seuls les grands centres urbains offrent un congé de paternité de 20 jours ouvrables, comme l’exige l’initiative populaire Travail.Suisse.

Dans l’ensemble, il y a une grande différence entre les grands et les petits employeurs : les grands employeurs offrent un congé de paternité, quoique modestement, alors que les petits employeurs ne le font généralement pas. Cette lacune ne peut être comblée que par une législation sur le congé de paternité et un financement fondé sur la solidarité, ce qui crée des règles du jeu équitables.

> A la fiche d’informations avec tous les graphiques


Congé paternité – Nous ne laissons pas tomber

Travail.Suisse, les Femmes protestantes en Suisse, la Ligue suisse des femmes catholiques et Masculinités.ch entendent poursuivre leurs efforts à tous les niveaux pour que la Suisse adopte enfin un congé paternité digne de ce nom. Réunies en conférence de presse, les quatre organisations ont fait le point sur la situation qui prévaut en Suisse. Elles ont insisté sur ce mot d’ordre : elles ne laissent pas tomber. Plusieurs actions sont prévues pour faire avancer la cause des travailleurs futurs pères, dans l’intérêt de tous et toutes. suite

L’enquête menée par Travail.Suisse auprès des administrations cantonales pour connaître la réglementation en vigueur pour le personnel des cantons montre qu’ils sont neuf à n’accorder que le minimum recommandé, à savoir 1 à 2 jours de congé paternité. Ils sont tout autant à avoir adopté récemment un congé de 5 jours. Les cantons restants offrent 3 à 4 jours, un seul ne prévoit rien du tout.

De nombreuses conventions collectives de travail règlent la situation en faveur des pères et celles qui le font prévoient en moyenne 5 jours de congé paternité. Certaines entreprises se montrent plus généreuses. Les congés paternité de 10 jours et plus ont fait la une de l’actualité au début de l’année, tandis que certaines entreprises accordent 20 jours depuis plusieurs années à leurs employés quand ils deviennent pères. Ces employeurs ont compris ce qu’ils ont à gagner à répondre positivement aux aspirations profondes des salariés qui souhaitent jouer un rôle de plus en plus important au sein de leur famille.

Au sein des églises réformées cantonales, elles sont une majorité à n’accorder que le minimum recommandé (1 à 2 jours), voire aucun jour de congé en cas de naissance. Les églises progressistes sont six à accorder 5 jours et plus et quatre à donner 3 à 4 jours aux nouveaux pères qu’elles emploient. Les églises catholiques romaines connaissent elles aussi une situation très contrastée en matière de congé paternité, qui peut varier de 0 à 4 semaines suivant les cantons.

L’intérêt croissant de la part des employeurs à vouloir régler la question, seuls ou en concertation avec les syndicats, est récent, mais il va en grandissant. C’est dans ce sens que, en attendant une solution fédérale, vont se poursuivre les discussions menées par les fédérations membres de Travail.Suisse lors des futures négociations des conventions collectives de travail.

Le travail s’intensifie au niveau politique pour que la Suisse adopte un congé paternité plus long, de vingt jours au moins, modulable sur une période de plusieurs mois. C’est la seule formule qui permette à la mesure de déployer des effets bénéfiques à long terme pour l’ensemble de la société. Les quatre organisations peuvent compter sur des relais politiques solides, comme celui que leur a offert le Conseiller national Roger Nordmann. L’auteur d’une première motion acceptée par la chambre basse en 2007 puis refusée quelques mois plus tard par la chambre haute entend bien remettre le couvert sous la Coupole fédérale, mais sous une autre forme.

Travail.Suisse, les Femmes protestantes en Suisse, la Ligue suisse des femmes catholiques et Masculinités.ch unissent désormais leurs forces pour faire entendre la voix des quelques 460’000 membres qu’elles représentent pour que tous les pères travaillant en Suisse bénéficient du même congé paternité.

25 mai 2008, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon

Congé paternité – Nous ne laissons pas tomber

Travail.Suisse, les Femmes protestantes en Suisse, la Ligue suisse des femmes catholiques et Masculinités.ch entendent poursuivre leurs efforts à tous les niveaux pour que la Suisse adopte enfin un congé paternité digne de ce nom. Réunies en conférence de presse, les quatre organisations ont fait le point sur la situation qui prévaut en Suisse. Elles ont insisté sur ce mot d’ordre : elles ne laissent pas tomber. Plusieurs actions sont prévues pour faire avancer la cause des travailleurs futurs pères, dans l’intérêt de tous et toutes. suite

L’enquête menée par Travail.Suisse auprès des administrations cantonales pour connaître la réglementation en vigueur pour le personnel des cantons montre qu’ils sont neuf à n’accorder que le minimum recommandé, à savoir 1 à 2 jours de congé paternité. Ils sont tout autant à avoir adopté récemment un congé de 5 jours. Les cantons restants offrent 3 à 4 jours, un seul ne prévoit rien du tout.

De nombreuses conventions collectives de travail règlent la situation en faveur des pères et celles qui le font prévoient en moyenne 5 jours de congé paternité. Certaines entreprises se montrent plus généreuses. Les congés paternité de 10 jours et plus ont fait la une de l’actualité au début de l’année, tandis que certaines entreprises accordent 20 jours depuis plusieurs années à leurs employés quand ils deviennent pères. Ces employeurs ont compris ce qu’ils ont à gagner à répondre positivement aux aspirations profondes des salariés qui souhaitent jouer un rôle de plus en plus important au sein de leur famille.

Au sein des églises réformées cantonales, elles sont une majorité à n’accorder que le minimum recommandé (1 à 2 jours), voire aucun jour de congé en cas de naissance. Les églises progressistes sont six à accorder 5 jours et plus et quatre à donner 3 à 4 jours aux nouveaux pères qu’elles emploient. Les églises catholiques romaines connaissent elles aussi une situation très contrastée en matière de congé paternité, qui peut varier de 0 à 4 semaines suivant les cantons.

L’intérêt croissant de la part des employeurs à vouloir régler la question, seuls ou en concertation avec les syndicats, est récent, mais il va en grandissant. C’est dans ce sens que, en attendant une solution fédérale, vont se poursuivre les discussions menées par les fédérations membres de Travail.Suisse lors des futures négociations des conventions collectives de travail.

Le travail s’intensifie au niveau politique pour que la Suisse adopte un congé paternité plus long, de vingt jours au moins, modulable sur une période de plusieurs mois. C’est la seule formule qui permette à la mesure de déployer des effets bénéfiques à long terme pour l’ensemble de la société. Les quatre organisations peuvent compter sur des relais politiques solides, comme celui que leur a offert le Conseiller national Roger Nordmann. L’auteur d’une première motion acceptée par la chambre basse en 2007 puis refusée quelques mois plus tard par la chambre haute entend bien remettre le couvert sous la Coupole fédérale, mais sous une autre forme.

Travail.Suisse, les Femmes protestantes en Suisse, la Ligue suisse des femmes catholiques et Masculinités.ch unissent désormais leurs forces pour faire entendre la voix des quelques 460’000 membres qu’elles représentent pour que tous les pères travaillant en Suisse bénéficient du même congé paternité.

25 mai 2008, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon

Le congé paternité se concrétise pas à pas en Suisse

« Temps libre exceptionnel » : c’est comme cela que le droit assimile le temps très limité que chaque papa passe auprès de sa famille quand son enfant vient au monde. Qu’en est-il en réalité dans le monde du travail ? Travail.Suisse a réalisé une enquête auprès des cantons qui révèle que les choses commencent à bouger auprès des employeurs publics. Les conventions collectives de travail ne sont pas en reste.

Annexe Dimension

PD Le congé paternité se concrétise pas à pas en Suisse.doc 46 KB

19 mai 2008, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon

Le congé paternité se concrétise pas à pas en Suisse

« Temps libre exceptionnel » : c’est comme cela que le droit assimile le temps très limité que chaque papa passe auprès de sa famille quand son enfant vient au monde. Qu’en est-il en réalité dans le monde du travail ? Travail.Suisse a réalisé une enquête auprès des cantons qui révèle que les choses commencent à bouger auprès des employeurs publics. Les conventions collectives de travail ne sont pas en reste.

Annexe Dimension

PD Le congé paternité se concrétise pas à pas en Suisse.doc 46 KB

19 mai 2008, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon

Le congé paternité – une réponse à ce que veulent les jeunes salariés

Plusieurs indices sociétaux et économiques montrent qu’un mouvement inévitable est en marche au sein de la société actuelle. Ce mouvement concerne l’aspiration à un meilleur équilibre du temps de vie, partagé entre l’engagement professionnel et la vie personnelle et familiale, et concerne en particulier les hommes âgés entre 30 et 40 ans. La société a changé et le congé paternité permet de répondre aux besoins profonds des pères. La question de l’équilibre entre temps de travail et temps familial ne peut plus être réduite à une « question féminine ».

Annexe Dimension

PD Le congé paternité - une réponse à ce que veulent les jeunes salariés.doc 51 KB

14 avril 2008, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique de l'égalité Drucker-icon