Thèmes – Travail – Marché du travail

L’emploi des jeunes dans le monde : l’un des problèmes les plus pressants de la planète

Du 31 mai au 16 juin 2005, la Conférence internationale du Travail va débattre de la situation dramatique de l’emploi des jeunes dans le monde. Tant que le potentiel de la jeunesse sera gaspillé, ni les jeunes ni la société dans son ensemble ne pourront prétendre à un avenir prospère.

06 juin 2005, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure

Chiffres du chômage d’avril 2005: Fin d’alerte prématurée

Depuis octobre 2004, le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, reste inchangé à 3,8 pourcent selon la statistique du seco. Mois après mois, près de 3’000 personnes perdent leur droit aux indemnités. Pour elles, il est très difficile de reprendre pied sur le premier marché du travail. Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs et travailleuses demande des mesures d’intégration pour les fins de droit. suite

Depuis sept mois, le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, stagne, avec 3,8%, à un niveau élevé. Mois après mois, environ 3’000 personnes perdent leur droit aux indemnités et sortent du système de l’assurance-chômage.

Fins de droit : très difficile retour sur le marché du travail régulier
A peine un tiers des fins de droit continuent à figurer dans la statistique du seco, cela sur une base volontaire. Continuer à être annoncé auprès de l’ORP n’a guère d’utilité directe, les personnes en fin de droit ne pouvant ni participer aux programmes d’occupation et de formation de l’assurance-chômage ni être placées. Après quelques mois leur trace se perd dans les lacunes de la statistique.

Les études les plus récentes sur la situation des fins de droit datent de l’année 2000. Elles montrent qu’environ la moitié des fins de droit ne se réinsèrent plus dans le processus d’activité professionnelle. Deux tiers de ceux qui retrouvent un emploi gagnent moins qu’avant et sont souvent contraints de changer de branche. Pour les fins de droits, il n’est plus guère possible de retrouver une place sur le marché régulier du travail. Le programme national de recherche sur l’Etat social en Suisse est aussi arrivé à cette conclusion.

Mesures à prendre
Cela signifie-t-il que les portes pour retrouver la vie active restent verrouillées à jamais pour les chômeurs en fin de droit ? Il ne doit pas en aller ainsi, ni d’un point de vue individuel, de la société et économique. Il faut mettre en œuvre un ensemble de mesures pour pouvoir réintégrer les fins de droit sur le premier marché du travail.

1. Les fins de droit doivent pouvoir participer sans coûts aux programmes d’occupation de l’assurance-chômage et avoir la possibilité d’être placés.
2. Il faut coordonner et renforcer la collaboration institutionnelle entre l’assurance-chômage, l’aide sociale et l’assurance-invalidité.
3. Il faut proposer des programmes de formation spécifiques, adaptés aux situations individuelles des personnes concernées.

09 mai 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

La pénurie d’emplois n’a jamais été aussi importante

Selon les statistiques du seco, le taux de chômage continuait de se situer à 4,1 pour cent en février. En fait, la pénurie d’emplois, soit quelque 255’000 postes à plein temps manquants n’a jamais été aussi importante. En particulier, les chômeurs de longue durée et les personnes en fin de droit ont presque perdu tout contact avec le marché de l’emploi. Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs, demande que la situation des personnes en fin de droit ne soit pas occultée. Il faut élaborer et mettre en œuvre un catalogue de mesures visant à leur réintégration sur le marché de l’emploi primaire.

11 avril 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

Extension du travail du dimanche : Aucun avantage supplémentaire pour l’économie nationale

Grâce à l’extension du travail du dimanche, les gares devraient devenir des paradis du shopping. Toutefois, cela ne relancera pas la croissance stagnante de l’économie suisse. L’édulcoration de la loi sur le travail entraîne plutôt des luttes dans la distribution, une bataille éliminatoire dans le commerce de détail et une dégradation des conditions de salaire et de travail sur le marché de l’emploi. C’est la raison pour laquelle Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs, s’oppose à la libéralisation du travail du dimanche.

11 avril 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

Le manque de travail n’a jamais été si élevé qu’aujourd’hui

En mars, le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, est resté inchangé à 3,8%, selon la statistique du seco. Ces chiffres embellissent la situation sur le marché du travail. Nous avons, en réalité, en ce moment en Suisse un manque de travail jamais connu jusqu’ici. Cette situation ne changera pas tant que les entreprises réaliseront leurs bénéfices records par des programmes de restructuration, des suppressions de postes et des blocages d’engagement du personnel. Travail.Suisse demande que les entreprises et l’Etat adoptent une politique d’embauche et du personnel active. suite

Le manque de travail réel est bien plus élevé que ce que laissent supposer les chiffres du seco. Aux 155’000 chômeurs enregistrés en mars, s’ajoutent 70’000 demandeurs d’emploi enregistrés qui sont en gain intermédiaire, en programmes d’occupation et de formation. En outre, mois après mois, environ 3’000 personnes arrivent en fin de droit et nombre d’entre elles se dirigent vers l’aide sociale.

Il manque 255’000 postes à plein temps
La plus grande partie des personnes sous-occupées et des personnes à la recherche d’un emploi ne figurent pas dans la statistique du seco : il s’agit de personnes qui aimeraient réintégrer le marché du travail, celles en fin de droit, celles qui bénéficient de l’aide sociale et celles qui aimeraient augmenter le degré de leur activité. Il manque en tout sur le marché suisse du travail environ 255’000 postes à plein temps. Autrement dit, 556’000 personnes, soit 13.4 pour cent de la population active, n’ont pas de travail ou alors de façon insuffisante .

Exigences de Travail.Suisse
Un taux de chômage et de sous-emploi durablement élevé affaiblit le potentiel de croissance à long terme de l’économie suisse.

- Les entreprises qui font des bénéfices records ne doivent plus supprimer d’emplois mais pratiquer une politique d’embauche et du personnel active.

- La Confédération doit, de concert avec les cantons, lancer une offensive ciblée de formation continue et de perfectionnement professionnel pour les chômeurs de longue durée et les fins de droit dans le but d’assurer que ces personnes ne perdent pas le contact avec la vie active.

- Des mesures d’occupation ciblées et des places de stage sont nécessaires pour les jeunes chômeurs afin de maintenir leur aptitude de placement sur le marché du travail.

07 avril 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN