Thèmes – Politique sociale – Prévoyance professionnelle

L’« emploi abusif de 700 millions » dans le domaine de la prévoyance professionnelle
En raison d’une vague loi et à cause d’un conseiller fédéral dont les intérêts sont plus proches de ceux des assureurs que de ceux des travailleurs, les assurances vie s’octroient chaque année jusqu’à 700 millions de francs provenant des fonds du deuxième pilier. Un abus manifeste et de grande envergure. Une chose est évidente pour Travail.Suisse: sans une réglementation plus nette de la rétrocession des excédents, et respectueuse de ce qu’on entend habituellement par excédent, une baisse du taux de conversion du deuxième pilier n’a aucune chance.

Annexe Dimension

PD Emploi abusif LPP.doc 33 KB

24 septembre 2007, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Le Conseil fédéral augmente le taux minimal LPP : Le Conseil fédéral manque de courage et déçoit les assurés

En augmentant le taux d’intérêt minimal dans la prévoyance professionnelle de 2,5 à 2,75 pour cent seulement, le Conseil fédéral fait preuve de peu de courage. Au moins il a suivi son argumentation de principe sur la flexibilisation du taux d’intérêt minimal. Au vu des bons rendements des deux dernières années, une augmentation du taux d’intérêt minimal à 3 pour cent aurait été indiquée. suite

L’abaissement du taux d’intérêt minimal a toujours été justifié par le mauvais niveau du rendement. Pour que cette argumentation reste crédible, il faut qu’une bonne situation des rendements conduise aussi à un relèvement du taux d’intérêt minimal. Selon différentes enquêtes, les caisses de pension ont obtenu en 2005, en moyenne, une performance de 10 pour cent ou plus, et en 2006 une performance de 4 pour cent ou plus. C’est pourquoi Travail.Suisse a plaidé dans le cadre de la consultation des partenaires sociaux et au sein de la commission LPP pour une augmentation du taux d’intérêt minimal à 3 pour cent.

En augmentant le taux d’intérêt minimal à 2,75 pour cent, le Conseil fédéral tient au moins en partie compte du bon niveau des rendements. Travail.Suisse est néanmoins déçue qu’il n’ait pas pris une décision plus courageuse en faveur des assurés. Le Conseil fédéral a manqué une nouvelle occasion pour renforcer la confiance en la prévoyance professionnelle et améliorer les conditions pour son futur développement.

06 septembre 2007, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Il faut relever le taux d’intérêt minimal de la LPP – Travail.Suisse demande qu’il passe à 3%

Les marchés financiers sont en pleine expansion, les caisses de pension réalisent de bons rendements. Et ce, depuis plus de deux ans déjà. Il faut désormais répartir avec équité ces rendements financiers. À cet effet, un relèvement substantiel du taux minimal est nécessaire. S’il ne relève pas ce taux, le Conseil fédéral perdra de sa crédibilité, et les assurances vie se sucreront encore davantage. C’est pourquoi Travail.Suisse demande une hausse qui passe de 2,5% à 3% au moins.

Annexe Dimension

PD Taux d'intérêt minimal LPP.doc 42 KB

14 mai 2007, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Adaptation du taux de conversion minimal dans la prévoyance professionnelle

Annexe Dimension

20070502 mindestzinssatz konsultation.pdf 841 KB

02 mai 2007, Martin Flügel, Responsable politique sociale Drucker-icon

Consultation des partenaires sociaux: Le Comité de Travail.Suisse exige un taux d’intérêt minimal LPP de 3 pour cent

Il est clair, pour le Comité de Travail.Suisse, que les bons résultats des caisses de pension au cours des dernières années doivent conduire à un relèvement important du taux d’intérêt minimal. Car ce n’est que si de bons résultats apportent aussi quelque chose de tangible aux assuré-e-s que l’argumentation du Conseil fédéral sur la flexibilisation du taux d’intérêt minimal reste acceptable et crédible. suite

A chaque fois, on a justifié la baisse du taux d’intérêt minimal par une mauvaise situation du côté des rendements. Le Conseil fédéral a, l’an dernier, justifié le maintien du taux d’intérêt minimal très bas de 2,5 pour cent par un mauvais rendement des capitaux au cours du premier semestre 2006. Pour que cette argumentation soit crédible, il faut qu’une bonne situation des rendements conduise aussi à un relèvement du taux d’intérêt minimal. Selon différentes enquêtes, les caisses de pension ont obtenu en 2005, en moyenne, une performance de 10 pour cent ou plus et en 2006, plus de 4 pour cent.

Cette évolution réjouissante doit aussi profiter maintenant aux assuré-e-s. Le Comité de Travail.Suisse a ainsi décidé aujourd’hui d’exiger un relèvement du taux d’intérêt minimal de 2,5 pour cent actuellement à 3 pour cent pour 2008, dans le cadre de la consultation des partenaires sociaux par le Conseil fédéral (voir en annexe pour d’autres explications). En effet, dans les 650 milliards de francs qui sont dans la prévoyance professionnelle, un demi pour cent de plus d’intérêt minimal représente toujours 3,25 milliards de francs de plus pour la prévoyance vieillesse des travailleurs et travailleuses.

02 mai 2007, Martin Flügel, Président Drucker-icon