Thèmes – Politique sociale – AVS

AVS : liberté de choix pour plus de justice

Aujourd’hui, seules les personnes qui gagnent très bien leur vie peuvent décider du moment de leur retraite. En revanche, celles à bas revenus doivent bosser jusqu’au bout. L’initiative pour un âge de l’AVS flexible change la donne et permet aussi aux personnes à bas et moyens revenus de tenir compte de leur situation de vie lors de la retraite. Travail.Suisse soutient cette initiative. suite

L’âge de la retraite flexible est aujourd’hui le privilège de ceux qui gagnent bien leur vie. Plus de la moitié d’entre eux prennent leur retraite avant l’âge légal. Ces personnes ont un 2e et 3e pilier bien garni et peuvent supporter les réductions de rente dans l’AVS. Cela n’est pratiquement pas possible dans la catégorie des bas revenus. Quiconque est tributaire de l’AVS est dès lors fortement touché par les réductions de rente : réduction de 6.8% de la rente par année d’anticipation. Il en résulte que la personne qui a dû s’en sortir avec un faible salaire pendant sa vie professionnelle est encore une fois pénalisée et doit travailler plus longtemps. Ce n’est pas juste.

Mieux tenir compte de la situation de vie personnelle grâce à l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible »

L’initiative « pour un âge de l’AVS flexible » demande plus de justice lors du choix du moment de la retraite. Les travailleurs et travailleuses à bas et moyens revenus veulent aussi pouvoir déterminer le moment de la retraite en tenant compte de leur situation de vie. Selon leur situation de santé personnelle, la situation sur le marché du travail et la situation conjoncturelle, les personnes à bas et moyens revenus doivent pouvoir décider, sans réduction de rente dans l’AVS, du moment de leur retraite.

C’est justement dans les périodes économiques difficiles que les travailleurs plus âgés sont licenciés les premiers. En rapport avec les prestations de l’assurance-chômage, on résilie leurs contrats de travail peu avant l’âge de la retraite sans qu’ils aient la moindre chance de retrouver un emploi. Pour beaucoup, il ne reste plus que le recours à l’aide sociale. Pour les personnes concernées, cela signifie amertume, avec le sentiment, à la fin de leur carrière professionnelle, de ne plus pouvoir être employé définitivement. L’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible » propose ici une solution juste et compatible sur le plan social.

04 novembre 2008, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale Drucker-icon

1 x UBS = 100 ans de flexibilité de l’âge de la retraite

Le sauvetage de l’UBS coûte dans les 70 milliards de francs. Les partis bourgeois ne discutent pas de la question de savoir si ce montant est supportable pour l’économie suisse et s’il doit être affecté au sauvetage d’une banque. Or, en ce qui concerne l’âge de la retraite flexible, les mêmes argumentent que l’argent manque. Le sauvetage de l’UBS coûte autant que cent ans de flexibilité de l’âge de la retraite.

Annexe Dimension

PD 1 x UBS 100 ans de flexibilité de l'âge de la retraite.doc 249 KB

28 octobre 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Sortir de l’impasse politique

Seul un oui à l’initiative « pour un âge de l’AVS flexible » peut mettre un terme à l’impasse politique concernant l’AVS.

Annexe Dimension

PD Sortir de l'impasse politique.doc 38 KB

06 octobre 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon

„L’économie“ contre l’âge de la retraite à 62 ans: perte des réalités à l’étage de la direction

L’USAM et l’Union patronale suisse ont présenté, aujourd’hui, leur non à l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible » ; les problèmes réels des travailleurs et travailleuses sont balayés de la table avec des arguments artificiels et éloignés de la réalité. suite

Comparaisons internationales, privation de main-d’œuvre pour l’économie suisse, finances de l’AVS, problèmes de coordination avec la prévoyance professionnelle : c’est avec de tels propos superficiels et non étayés que « l’économie » se lance dans la campagne de votation contre un âge flexible de l’AVS. Voici les faits :

• La participation à la vie active des travailleurs âgés est presque nulle part aussi élevée qu’en Suisse.

• Le nombre d’actifs en Suisse, et ainsi le financement de l’AVS, ne dépend pas d’un âge de la retraite flexible mais de la croissance économique et des conditions de travail en Suisse. Des travailleuses et travailleurs âgés se maintiennent à la place de travail avec des modèles intelligemment conçus. Et si ces personnes prennent leur retraite, ce n’est pas à cause de l’AVS mais en raison d’un 2e pilier bien fourni par l’employeur.

• En même temps, de nombreux travailleurs-euses moyennement qualifiés ont des problèmes de santé et ne trouvent plus d’emploi en cas de chômage après 60 ans. Ces personnes ont besoin d’un âge de la retraite flexible dans l’AVS sans réductions de rente très importante.

Pour Travail.Suisse, l’argumentation de « l’économie » est malheureusement déconnectée de la réalité et ne recherche pas véritablement de solutions. L’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible » est, en revanche, un point de départ plus juste, plus économique et plus moderne pour la flexibilisation de l’âge de la retraite.

09 septembre 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Oui à un âge flexible de la retraite pour tous

Travail.Suisse se prononce pour un Oui clair et net à l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible », qui sera soumise au peuple le 30 novembre. L’initiative permettra de régler équitablement et judicieusement l’âge de la retraite flexible. De plus, le Parlement a rejeté toutes les autres propositions visant à une flexibilisation équitable de l’âge de la retraite.

Annexe Dimension

PD Oui à un âge de retraite flexible pour tous.doc 39 KB

08 septembre 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon