Thèmes – Politique sociale – AVS

Travail.Suisse revendique un âge de la retraite flexible pour tous

Travail.Suisse soutient l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible » qui sera à l’ordre du jour du Conseil des Etats demain. Après que le Conseil national a refusé toute forme de compensation sociale, il ne reste que le oui à cette initiative pour arriver à un âge de retraite flexible ouvert à tous et tenant compte des aspects de l’équité, de la santé et du marché du travail. suite

Pour Travail.Suisse, une flexibilisation de l’âge de l’AVS est indispensable pour les travailleurs et travailleuses pour de nombreuses raisons :

- Equité et impartialité : Ceux qui ont bénéficié d’un bon revenu pendant toute leur vie et disposent d’un solide deuxième pilier peuvent librement choisir l’âge de leur retraite. Les personnes au bénéfice d’un revenu moyen ou modeste doivent attendre jusqu’à 64/65 ans. Pour Travail.Suisse, cette situation est injuste et inéquitable. Ceux qui ont dû se contenter d’un revenu moyen ou bas pendant toute leur vie professionnelle ne doivent pas en plus être pénalisés lors de la retraite. Ces catégories de revenus doivent aussi avoir la chance de bénéficier d’une transition équitable à la retraite.

- Santé : La flexibilisation de l’âge de la retraite est un outil important pour tenir compte de l’état de santé des travailleurs et travailleuses. Certaines activités professionnelles sollicitent énormément les forces physiques et usent le corps. Dans le secteur de la construction, l’on a pris conscience de ce fait et inscrit la retraite anticipée dans une solution propre à cette branche. Dans la plupart des autres secteurs économiques, de telles solutions ne sont guère envisageables faute de partenariat social et à cause de la mobilité élevée. Les améliorations doivent donc être apportées par le biais de l’AVS.

- Marché du travail : La flexibilisation de l’âge de la retraite représente une contribution essentielle à un marché du travail souple. L’expérience des vingt dernières années a montré qu’en temps de restructurations et de chômage, les licenciements touchent en premier les travailleurs plus âgés. Avec les prestations de l’assurance chômage à l’esprit, ils sont écartés deux ans avant la retraite et n’ont pas la moindre chance de retrouver du travail. Chez les personnes concernées, l’amertume est grande, tout comme le sentiment d’être devenues définitivement inutiles en fin de carrière professionnelle. Une flexibilisation bien ciblée de l’âge de l’AVS contribuerait à une solution équitable et acceptable au niveau de la politique sociale: les travailleurs et travailleuses aux revenus modestes et moyens auraient la possibilité de participer de manière déterminante à la décision concernant leur retraite, compte tenu de leur état de santé, du marché du travail et de la situation conjoncturelle.

Pour toutes ces raisons, Travail.Suisse a toujours été favorable à l’initiative de l’Union syndicale suisse. En même temps, Travail.Suisse a intensément préparé une contre-proposition dans le cadre de la 11e révision de l’AVS en cours. Et pendant longtemps, tout semblait indiquer que les propositions de Travail.Suisse en faveur d’une compensation sociale de la flexibilisation l’âge de la retraite s’imposeraient.

Le Conseil national refusant toute forme de compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite dans le cadre de la 11e révision AVS, la retraite avant 65 ans devient le privilège des gens au revenu confortable. Les travailleurs et travailleuses qui souhaitent un âge de la retraite flexible ouvert à tous et tenant compte des aspects de l’équité, de la santé et du marché du travail n’ont actuellement d’autre choix que de répondre haut et fort « Oui » à l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible ».

26 mai 2008, Martin Flügel, Président

Travail.Suisse revendique un âge de la retraite flexible pour tous

Travail.Suisse soutient l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible » qui sera à l’ordre du jour du Conseil des Etats demain. Après que le Conseil national a refusé toute forme de compensation sociale, il ne reste que le oui à cette initiative pour arriver à un âge de retraite flexible ouvert à tous et tenant compte des aspects de l’équité, de la santé et du marché du travail. suite

Pour Travail.Suisse, une flexibilisation de l’âge de l’AVS est indispensable pour les travailleurs et travailleuses pour de nombreuses raisons :

- Equité et impartialité : Ceux qui ont bénéficié d’un bon revenu pendant toute leur vie et disposent d’un solide deuxième pilier peuvent librement choisir l’âge de leur retraite. Les personnes au bénéfice d’un revenu moyen ou modeste doivent attendre jusqu’à 64/65 ans. Pour Travail.Suisse, cette situation est injuste et inéquitable. Ceux qui ont dû se contenter d’un revenu moyen ou bas pendant toute leur vie professionnelle ne doivent pas en plus être pénalisés lors de la retraite. Ces catégories de revenus doivent aussi avoir la chance de bénéficier d’une transition équitable à la retraite.

- Santé : La flexibilisation de l’âge de la retraite est un outil important pour tenir compte de l’état de santé des travailleurs et travailleuses. Certaines activités professionnelles sollicitent énormément les forces physiques et usent le corps. Dans le secteur de la construction, l’on a pris conscience de ce fait et inscrit la retraite anticipée dans une solution propre à cette branche. Dans la plupart des autres secteurs économiques, de telles solutions ne sont guère envisageables faute de partenariat social et à cause de la mobilité élevée. Les améliorations doivent donc être apportées par le biais de l’AVS.

- Marché du travail : La flexibilisation de l’âge de la retraite représente une contribution essentielle à un marché du travail souple. L’expérience des vingt dernières années a montré qu’en temps de restructurations et de chômage, les licenciements touchent en premier les travailleurs plus âgés. Avec les prestations de l’assurance chômage à l’esprit, ils sont écartés deux ans avant la retraite et n’ont pas la moindre chance de retrouver du travail. Chez les personnes concernées, l’amertume est grande, tout comme le sentiment d’être devenues définitivement inutiles en fin de carrière professionnelle. Une flexibilisation bien ciblée de l’âge de l’AVS contribuerait à une solution équitable et acceptable au niveau de la politique sociale: les travailleurs et travailleuses aux revenus modestes et moyens auraient la possibilité de participer de manière déterminante à la décision concernant leur retraite, compte tenu de leur état de santé, du marché du travail et de la situation conjoncturelle.

Pour toutes ces raisons, Travail.Suisse a toujours été favorable à l’initiative de l’Union syndicale suisse. En même temps, Travail.Suisse a intensément préparé une contre-proposition dans le cadre de la 11e révision de l’AVS en cours. Et pendant longtemps, tout semblait indiquer que les propositions de Travail.Suisse en faveur d’une compensation sociale de la flexibilisation l’âge de la retraite s’imposeraient.

Le Conseil national refusant toute forme de compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite dans le cadre de la 11e révision AVS, la retraite avant 65 ans devient le privilège des gens au revenu confortable. Les travailleurs et travailleuses qui souhaitent un âge de la retraite flexible ouvert à tous et tenant compte des aspects de l’équité, de la santé et du marché du travail n’ont actuellement d’autre choix que de répondre haut et fort « Oui » à l’initiative « Pour un âge de l’AVS flexible ».

26 mai 2008, Martin Flügel, Président

11e révision de l’AVS : Catastrophe au Conseil national

Le « non » à la compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite a fait subir un revers de taille à la révision de l’AVS, au sein du Conseil national. La décision prise a pour conséquence que l’âge flexible de la retraite reste un privilège des nantis. Si des améliorations substantielles ne sont pas apportées par le Conseil des Etats à ce projet de loi, la population le refusera certainement en votation référendaire, le considérant comme un pur projet d’économies.

31 mars 2008, Martin Flügel, Président

11e révision de l’AVS : Catastrophe au Conseil national

Le « non » à la compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite a fait subir un revers de taille à la révision de l’AVS, au sein du Conseil national. La décision prise a pour conséquence que l’âge flexible de la retraite reste un privilège des nantis. Si des améliorations substantielles ne sont pas apportées par le Conseil des Etats à ce projet de loi, la population le refusera certainement en votation référendaire, le considérant comme un pur projet d’économies.

31 mars 2008, Martin Flügel, Président

11e révision de l’AVS au Conseil national : Gâchis total au Conseil national

Travail.Suisse est indignée par la décision du Conseil national de renoncer à toute compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite. Cette décision fait preuve d’un manque flagrant de tout rapport de réalité de la part du Parlement. Sans une correction par le Conseil des Etats, le référendum et le non de la population sont sûrs. suite

Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs-euses, il est très important de disposer d’une AVS moderne et qui octroie de bonnes prestations. Ceci inclut la possibilité d’une retraite avant 65 ans qui est accessible aussi pour les travailleuses et travailleurs qui ont un travail pénible et des revenus modestes. Pour cela, la flexibilisation de l’âge de la retraite doit être combinée avec une compensation sociale de 400 millions de francs.

En refusant une compensation sociale, le Conseil national cimente la retraite flexible comme privilège des personnes qui gagnent bien leur vie. De plus, la 11e révision de l’AVS devient un projet de pur démantèlement qui se fait surtout sur le dos des femmes. Sans corrections substantielles de la part du Conseil des Etats, Travail.Suisse lancera le référendum contre cette révision et gagnera la votation.

18 mars 2008, Martin Flügel, Président

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN