Thèmes – Politique sociale – AVS

La 11e révision de l’AVS au Conseil national : Révision de l’AVS – uniquement avec une compensation sociale

Lors de sa troisième semaine de session, le Conseil national délibérera sur la 11e révision de l’AVS. Il est clair pour Travail.Suisse que cette révision n’aura de sens que si elle comprend un âge flexible de la retraite, avec une compensation sociale. Seule cette dernière permettra d’atteindre l’objectif d’une flexibilisation de la retraite et d’accepter le relèvement de l’âge de la retraite pour les femmes.

Annexe Dimension

PD Révision de l'AVS uniquement avec compensation sociale.doc 56 KB

10 mars 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Flexibilisation de l’âge de la retraite sans compensation sociale : Injuste et absurde du point de vue de la politique sociale

Pour Travail.Suisse, une flexibilisation de l’âge de la retraite sans compensation sociale est injuste et absurde du point de vue de la politique sociale. La décision prise par la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS) du Conseil national d’élever à 65 ans l’âge de la retraite des femmes, sans compenser ce relèvement par une flexibilisation de l’âge de la retraite, témoigne d’une perte totale du sens des réalités. Si des améliorations n’y sont pas apportées, la 11e révision de l’AVS va capoter avant de démarrer.

Annexe Dimension

PD Injuste et absurde du point de vue de la politique sociale.doc 46 KB

25 février 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Flexibilisation de l’âge de la retraite sans compensation sociale : Injuste et absurde du point de vue de la politique sociale

Pour Travail.Suisse, une flexibilisation de l’âge de la retraite sans compensation sociale est injuste et absurde du point de vue de la politique sociale. La décision prise par la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS) du Conseil national d’élever à 65 ans l’âge de la retraite des femmes, sans compenser ce relèvement par une flexibilisation de l’âge de la retraite, témoigne d’une perte totale du sens des réalités. Si des améliorations n’y sont pas apportées, la 11e révision de l’AVS va capoter avant de démarrer.

Annexe Dimension

PD Injuste et absurde du point de vue de la politique sociale.doc 46 KB

25 février 2008, Martin Flügel, Président Drucker-icon

11e révision de l’AVS : Coup d’arrêt brutal avant même le départ

Travail.Suisse est indignée par la décision de la Commission de la santé et de la sécurité sociale (CSSS) du Conseil national de relever l’âge de la retraite des femmes à 65 ans sans introduire une compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite. Cette décision fait preuve d’un manque flagrant de tout rapport à la réalité. La 11e révision est ainsi brutalement arrêtée avant même que les négociations démarrent au Parlement. suite

En mai 2004, le souverain avait dit non à la 11e révision de l’AVS par 68% de non. Pour la grande majorité de la population, l’élévation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans, sans compensation sociale pour la flexibilisation de l’âge de la retraite, était inacceptable.

Pour ce motif, même Pascal Couchepin voulait dès le départ dans la nouvelle version de la 11e révision de l’AVS combiner le relèvement de l’âge de la retraite des femmes avec une sorte de compensation sociale pour la flexibilisation de l’âge de la retraite. La Commission du Conseil national l’a maintenant abruptement rejeté. La retraite avant 65 ans reste ainsi le privilège des personnes aisées et qui, déjà aujourd’hui, prennent, pour une grande partie d’entre elles, leur retraite avant 65 ans.

Si le Parlement n’effectue pas encore des modifications, Travail.Suisse empêchera cette révision. Un projet de pur démantèlement, qui cimenterait les injustices actuelles de la retraite, n’aura aucune chance aussi une seconde fois en votation populaire.

15 février 2008, Hugo Fasel, président Travail. Suisse jusqu'à 2008 et Martin Flügel, Président Drucker-icon

11e révision de l’AVS : Coup d’arrêt brutal avant même le départ

Travail.Suisse est indignée par la décision de la Commission de la santé et de la sécurité sociale (CSSS) du Conseil national de relever l’âge de la retraite des femmes à 65 ans sans introduire une compensation sociale de la flexibilisation de l’âge de la retraite. Cette décision fait preuve d’un manque flagrant de tout rapport à la réalité. La 11e révision est ainsi brutalement arrêtée avant même que les négociations démarrent au Parlement. suite

En mai 2004, le souverain avait dit non à la 11e révision de l’AVS par 68% de non. Pour la grande majorité de la population, l’élévation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans, sans compensation sociale pour la flexibilisation de l’âge de la retraite, était inacceptable.

Pour ce motif, même Pascal Couchepin voulait dès le départ dans la nouvelle version de la 11e révision de l’AVS combiner le relèvement de l’âge de la retraite des femmes avec une sorte de compensation sociale pour la flexibilisation de l’âge de la retraite. La Commission du Conseil national l’a maintenant abruptement rejeté. La retraite avant 65 ans reste ainsi le privilège des personnes aisées et qui, déjà aujourd’hui, prennent, pour une grande partie d’entre elles, leur retraite avant 65 ans.

Si le Parlement n’effectue pas encore des modifications, Travail.Suisse empêchera cette révision. Un projet de pur démantèlement, qui cimenterait les injustices actuelles de la retraite, n’aura aucune chance aussi une seconde fois en votation populaire.

15 février 2008, Hugo Fasel, président Travail. Suisse jusqu'à 2008 et Martin Flügel, Président Drucker-icon