Thèmes – Formation – Formation professionnelle

Campagne 2006 en faveur des places d’apprentissage: Les bonnes raisons de former des apprenti-e-s sont nombreuses

Pourquoi les entreprises devraient-elles former des apprenti-e-s? En soi, les raisons sont connues de tous. Il faut pourtant les répéter sans cesse. Car pour les jeunes gens et pour la marche de l’économie, les places d’apprentissage sont importantes à un tel point qu’il faut continuellement faire de la publicité pour le maintien et la création de places de formation dans les entreprises. Cette année, alors que les jeunes seront encore plus nombreux à quitter l’école et à chercher une place d’apprentissage, les entreprises sont appelées à s’engager davantage dans ce sens.

13 février 2006, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Réforme de l’enseignement de culture générale dans les écoles
professionnelles : Le plan d’études cadre nationale est sur pied

La nouvelle Ordonnance et le plan d’études cadre pour la culture générale dans les écoles professionnelles entreront vraisemblablement en vigueur au printemps. Travail.Suisse salue le fait qu’une grande importance a été accordée aux aspects concernant la formation de la personnalité et à ceux liés à la société, ainsi qu’aux compétences linguistiques. En revanche, elle trouve regrettable que d’importants points d’actualité tels que la signification du travail et du chômage n’aient pas été ancrés dans les textes.

30 janvier 2006, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale

La Conférence sur les places d’apprentissage : De la bonne volonté, de l’engagement, mais des résultats insuffisants

Le 10 novembre, 21 représentant-e-s de la Confédération, des cantons, des organisations du monde du travail et des entreprises se sont réunis à Lucerne pour la première Conférence nationale sur les places d’apprentissage. Sous la direction du Conseiller fédéral Joseph Deiss, des mesures très diverses visant à améliorer la situation des places d’apprentissage ont été discutées. Tous les participants ont fait preuve de beaucoup de bonne volonté et d’engagement. Du point de vue de Travail.Suisse, les mesures prévues auront certes des effets positifs, mais elles n’apporteront aucune amélioration fondamentale.

14 novembre 2005, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Il faut créer immédiatement 5000 nouvelles places d’apprentissage

Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs, demande que ces trois prochaines années, au moins 5000 nouvelles places d’apprentissage soient créées chaque année. Il convient d’inciter les entreprises déjà formatrices à offrir des places d’apprentissage supplémentaires. Pour chaque nouvelle place créée, ces entreprises devront toucher au moins 10 000 francs par an. Travail.Suisse a formulé cette revendication à l’égard de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), dans le cadre de la Conférence sur les places d’apprentissage qui a eu lieu aujourd’hui à Lucerne. suite

Comme le montre le baromètre des places d’apprentissage du mois d’août 2005, la situation s’est une nouvelle fois durcie sur le marché des places d’apprentissage. Les efforts consentis jusqu’ici en vue de la création de nouvelles places d’apprentissage ne suffisent pas. D’autres mesures et idées sont absolument nécessaires si l’on veut que tous les jeunes bénéficient de perspectives professionnelles. En outre, ces mesures doivent pouvoir être prises et réalisées sans délai. Au cours des trois prochaines années (2006, 2007 et 2008), au moins 5000 places d’apprentissage supplémentaires devront être attribuées chaque année.

10 000 francs pour toute place d’apprentissage en plus
Par conséquent, Travail.Suisse propose de motiver les entreprises d’ores et déjà formatrices afin qu’elles mettent à disposition davantage de places d’apprentissage pendant les trois prochaines années. Elles devront toucher la somme de 10 000 francs par an pour toute nouvelle place d’apprentissage. S’adressant à des entreprises formatrices qui ont déjà fait leurs preuves, cette proposition est réalisable rapidement et ne requiert pas la mise en place de structures nouvelles, onéreuses. De plus, ces places d’apprentissage ne devront pas être maintenues à long terme puisque d’après l’évolution démographique, le nombre des jeunes en quête d’une place d’apprentissage se réduira à nouveau progressivement dès 2010 environ.

Par ailleurs, Travail.Suisse se félicite de l’intention exprimée par l’OFFT de poursuivre et d’étendre les mesures appliquées à ce jour. Parmi celles-ci, on citera notamment la promotion des places d’apprentissage par le porte-à-porte ainsi que la mise en place de réseaux d’entreprises formatrices. Travail.Suisse est convaincu que deux personnes de l’OFFT doivent se consacrer totalement à l’extension de ces mesures. En outre, Travail.Suisse demande au Conseil fédéral d’appliquer dans les plus brefs délais la motion transmise par le Conseil national, visant à faire valoir la formation d’apprentis comme un critère d’attribution de marchés publics.

10 novembre 2005, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

Situation actuelle des places d’apprentissage – Il faut davantage d’engagement

Travail.Suisse est préoccupée par la situation actuelle des places d’apprentissage. Elle montre que la politique (Confédération et cantons) et l’économie (entreprises et organisations du monde du travail) doivent faire davantage pour donner une perspective à tous les jeunes. Travail.Suisse a démarré un projet pour développer les places d’apprentissage dans la Suisse romande. suite

Travail.Suisse reconnaît l’important travail accompli par la politique et l’économie ces dernières années pour créer de nouvelles places d’apprentissage. Mais la situation actuelle des places d’apprentissage montre que les efforts entrepris jusqu’ici ne suffisent pas. Il faut faire plus pour que tous les jeunes puissent se voir offrir une perspective professionnelle. Dans cette optique, Travail.Suisse salue la conférence sur l’apprentissage organisée, sous la direction du Conseiller fédéral Deiss, le 10 novembre 2005 à Lucerne.

Travail.Suisse lance un appel aux cantons et aux organisations du monde du travail pour qu’ils déposent encore davantage de projets auprès du fonds d’innovation de la Confédération. Il y a là de l’argent à disposition pour des projets qui promeuvent les places d’apprentissage et les réseaux de places d’apprentissage. Travail.Suisse ne se dispense pas de l’exigence de montrer plus d’engagement : elle a lancé le 1er octobre 2005 un projet pour favoriser le développement de places d’apprentissage en Suisse romande.

27 octobre 2005, Bruno Weber-Gobet, Responsable politique de formation

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN