Thèmes – Famille – Famille et travail

Pas de mesures d’économies maintenant! Il faut poursuivre l’extension des places de crèches

La première étape quadriennale du programme d’impulsion de la Confédération destiné à encourager la création de places d’accueil extra-familial pour enfants s’achève au début de l’an prochain. Compte tenu de la situation, la deuxième étape exige, elle aussi, une nouvelle mobilisation totale. Pour Travail.Suisse, le crédit que le Conseil fédéral sollicite du Parlement témoigne de la pauvreté de la politique familiale. Il incombe désormais aux parlementaires de prendre leurs responsabilités.

Annexe Dimension

PD Places de crèches.doc 46 KB

13 mars 2006, Anna Christen, Responsable politique d’égalité Drucker-icon

Financement incitatif en faveur de places dans les crèches et de cantines scolaires : Le Conseil fédéral veut lésiner

Pour la seconde moitié du programme d’impulsion destiné à encourager l’accueil extra-familial pour enfants, le Conseil fédéral sollicite du Parlement un crédit, dont le montant ne représente même pas un tiers de la première moitié. Une chose est claire pour Travail.Suisse: cet exercice d’économie est un signal extrêmement négatif pour les familles, pour les femmes, mais aussi pour l’économie et la société.

Annexe Dimension

PD Le Conseil fédéral veut lésiner.doc 39 KB

12 décembre 2005, Anna Christen, Responsable politique d’égalité Drucker-icon

8 pour cent de rendement sur les investissements pour des mesures favorables à la famille : Aux employeurs de saisir l’occasion

Une étude suggérée par les entreprises le justifie enfin, en raison de la dure ré-alité monétaire, les mesures favorables à la famille sont profitables aux différentes entreprises. Un rendement de 8 pour cent sur l’ensemble des mesures appropriées à cet égard a pu être chiffré ; il est dû surtout à des économies dans le domaine du renouvellement et de la formation du personnel. Une poignée d’entreprises, fournissant des exemples de « best practice », ne peut masquer le fait qu’il reste des déficits qu’il faut supprimer de toute urgence – par exemple pour les allocations pour enfants. Travail.Suisse invite donc les employeurs à en profiter, et les politiciens et politiciennes à ne pas se soustraire à leur responsabilité.

Annexe Dimension

PD Les employeurs devraient saisir l'occasion et les politiciens éviter de se croiser les bras.doc 40 KB

14 novembre 2005, Anna Christen, Responsable politique d’égalité Drucker-icon

Etude « Politique d’entreprise favorable à la famille » – Priorité donnée aux allocations familiales

Travail.Suisse se réjouit que les familles soient un thème aussi pour les entreprises et le ministre de l’économie. Simultanément, le thème concilier vie professionnelle et vie familiale ne saurait, pour Travail.Suisse, reléguer au second plan d’autres requêtes actuelles et toutes aussi importantes pour les familles comme la nécessité d’améliorer dans les plus brefs délais les allocations familiales. suite

Une politique du personnel favorable aux familles est importante pour beaucoup de travailleurs et travailleuses. Justement dans les familles à bas revenus, les deux parents travaillent souvent aujourd’hui. Une meilleure conciliation de la vie familiale et professionnelle, par exemple par des places d’accueil extra-familiales, n’améliorerait certes pas la situation financière des familles mais apporterait au moins un meilleur encadrement des enfants.

Reconnaissance de l’importance des allocations familiales
Il est réjouissant que l’étude mette en exergue l’importance des allocations familiales. La naissance d’un enfant charge fortement le budget familial. On a, d’un côté, des dépenses plus élevées et, de l’autre, une baisse du revenu, beaucoup de familles devant alors réduire l’activité lucrative. Les allocations familiales déchargent réellement le budget de la famille et l’étude encourage les entreprises à porter ces allocations au-delà du minimal légal.

Ne pas perdre des yeux les priorités politiques
Même s’il est possible que des entreprises au niveau individuel projettent des améliorations des allocations familiales – il est caractéristique qu’on ne trouve pas de « bestpractices » sur ce point – c’est à la politique d’agir dans ce domaine. Cela d’autant plus que les projets correspondants sont déjà très avancés. Aussi bien l’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants ! » que le contre-projet se trouvent en phase finale des travaux parlementaires. Les deux projets apportent – bien que dans une mesure très différente – des améliorations pour les familles. Pour Travail.Suisse, le moment est venu d’agir concrètement pour améliorer les allocations familiales. C’est là que réside la priorité politique dont il ne faut pas se détourner maintenant.

31 octobre 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Indemnité pour perte de gain en cas de maternité : Ne prenons pas des mesures d’austérité aux dépens des femmes

Depuis l’introduction de l’indemnité pour perte de gain en cas de maternité, les solutions relatives aux congés et au maintien du salaire en cas de maternité figurent régulièrement à l’ordre du jour lors de la renégociation de conventions collectives de travail (CCT). Certains employeurs tentent de refuser de meilleures solutions en les réduisant au minimum légal, ce que l’on ne saurait tolérer. Ce sont en effet toujours les femmes qui subissent des discriminations dans de nombreux domaines.

Annexe Dimension

PD Maternité et CCT.doc 36 KB

31 octobre 2005, Anna Christen, Responsable politique d’égalité Drucker-icon