Thèmes – Famille – Allocations familiales

15 mai: Journée internationale de la famille : La politique familiale sur le point de faire une percée?

Depuis l’année de la famille instituée en 1994 par l’ONU, le 15 mai est la Journée internationale de la famille. Cette Journée doit rappeler l’importance fondamentale des familles pour la société. L’an dernier, une décision significative en matière de politique familiale avait été prise lors du même week-end, avec le rejet du malencontreux paquet fiscal. Cette année, la politique familiale est sur le point de faire une nouvelle percée en Suisse, grâce à l’initiative de Travail.Suisse « Pour de plus justes allocations pour enfants! ».

Annexe Dimension

PD Journée internationale de la famille.doc 33 KB

09 mai 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Allocations familiales à la commission du Conseil des Etats – Le PDC aura-t-il le succès escompté au Conseil des Etats ?

Aujourd’hui, la commission compétente du Conseil des Etats traitera pour la première fois de l’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants ! » et du contre-projet du Conseil national qui lui est lié. Les jalons seront ainsi posés pour le traitement au plénum. Tant que le PDC défendra de façon déterminée la position qu’il a prise jusqu’ici, il pourra alors compter sur un succès au Conseil des Etats. suite

Pour Travail.Suisse, il reste regrettable que le PDC ne se positionne pas complètement derrière l’initiative «Pour de plus justes allocations pour enfants ! » Car seule l’initiative est en mesure, grâce au relèvement des allocations pour enfants à 15 francs par jour, de garantir un soutien vraiment tangible, et voulu par le PDC, pour les familles de la classe moyenne.

Succès au Conseil national pour un PDC conséquent avec lui-même
Il n’en demeure pas moins que le PDC a su maintenir une position ferme avant les débats aux Chambres (par exemple par le Conseiller aux Etats Bruno Frick lors du dernier Congrès du Parti et par le groupe PDC avant les débats au Conseil national). C’est ainsi que le PDC a pu faire passer son contre-projet au Conseil national (régime fédéral des allocations familiales et montant minimum de 200, respectivement 250 francs) contre le PRD et l’UDC. Parce que le contre-projet représente pour le PDC un enjeu de prestige et un test de crédibilité, la percée de politique familiale réalisée au Conseil national est un grand succès pour lui.

De fortes résistances à briser au Conseil des Etats
Les décisions sur les points les plus importants – fixation d’un montant minimum dans toute la Suisse de 200, respectivement 250 francs – ont été prises déjà au Conseil national de justesse. Au Conseil des Etats, la résistance pourrait être encore plus grande. Mais le PDC a, en tant que plus grand groupe au Conseil des Etats, plus d’influence qu’au Conseil national. Les résultats de la commission préparatoire montreront déjà si le PDC veut poursuivre sa ligne conséquente et concrétiser ainsi les point les plus importants du projet aussi au Conseil des Etats. C’est en particulier dans la perspective des élections à venir qu’une percée dans la politique de la famille au niveau national pourrait apporter une contribution substantielle pour la poursuite des succès engrangés ces derniers temps par le PDC.

02 mai 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Conférence de presse – Initiative Pour de plus justes
allocations pour enfants! – Heures décisives ou constat d’échec

Jusqu’ici, la politique familiale a été un thème favori des discours du dimanche. Or, cette situation a assez duré. L’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants! » fournit au Parlement une proposition issue du peuple qui offrira aux familles des améliorations sensibles. Pour Angeline Fankhauser qui était il y a 13 ans à l’origine du contre-projet en discussion, l’initiative constitue nettement « la solution la mieux appropriée pour soutenir les familles d’une manière appréciable». C’est pourquoi, aux côtés de Travail.Suisse et d’autres organisations, elle a invité le Conseil national à saisir cette chance pour les familles de Suisse en approuvant cette initiative. suite

Lors de la session de printemps, la politique familiale vivra un moment historique pour la Suisse. Grâce à l’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants! », le Conseil national sera appelé à délibérer pour la première fois sur des améliorations matérielles concrètes destinées aux familles. Ce sera l’occasion de constater la valeur concrète que la politique attribue aux parents et aux enfants en Suisse et de voir également si les conseillers nationaux et conseillères nationales ont pris ou non conscience des difficultés financières des familles et s’ils sont prêts à reconnaître, comme il se doit, la valeur pour la société des prestations fournies par les familles.

L’initiative apporte les améliorations nécessaires
Actuellement, les allocations pour enfants sont injustes et insuffisantes. Les différences importantes qui existent d’un canton à l’autre sont injustifiées et les allocations pour enfants sont trop basses par rapport aux coûts occasionnés par ces derniers. De plus, quelque 300’000 enfants ne reçoivent aujourd’hui aucune allocation, ou une allocation incomplète, ce qui entraîne de graves conséquences. En Suisse, les enfants sont devenus un risque de pauvreté. Au moins 233’000 enfants sont touchés par la pauvreté, et l’égalité des chances des parents et des enfants n’est pas assurée. Par ailleurs, environ un tiers des parents renoncent, pour des raisons financières, à avoir d’autres enfants.

L’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants! » est le meilleur moyen d’éliminer ces problèmes. La concrétisation du principe « Un enfant, une allocation » comblera les lacunes et donnera un signal positif aux familles. La réglementation uniformisée à l’ensemble du pays mettra fin au chaos existant en la matière. Et le relèvement à 15 francs par jour permettra de réduire le risque de pauvreté et d’augmenter considérablement l’égalité des chances.

Le Conseil national doit saisir cette chance
A la veille des débats décisifs qui vont avoir lieu au Conseil national, Travail.Suisse et d’autres organisations du comité de soutien invitent le Conseil national à saisir cette chance offerte aux familles de Suisse. Leur exigence et les raisons qui la sous-tendent sont exposées aujourd’hui lors d’une conférence de presse organisée par Travail.Suisse et les organisations faisant partie du comité de soutien. Pour toutes ces personnes et organisations, qui embrassent un large éventail de la politique familiale, l’initiative est clairement la meilleure voie à suivre pour soutenir parents et enfants en Suisse, quelle que soit l’optique de chacun.

Annexe Dimension

PK 24.02.05 Communique f.pdf 129 KB

PK 24.02.05 Redebeitraege f.pdf 347 KB

Lessentiel en bref.pdf 157 KB

24 mars 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon

L’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants! » produit son effet

Après les avoir refusées pendant 14 ans, le Conseil national a enfin pris des décisions concrètes, grâce à l’initiative de Travail.Suisse « Pour de plus justes allo-cations pour enfants! », pour uniformiser ces allocations en Suisse. Certes, ces décisions restent en bonne partie en deçà des exigences posées par l’initiative, mais le fait est que le Conseil national, qui, comme on sait, n’est pas dominé par la gauche, a voté un contre-projet, ce qui constitue au moins un premier succès partiel allant dans le sens de l’initiative et en faveur des parents et enfants de Suisse.

Annexe Dimension

PD L'initiative produit son effet.doc 30 KB

21 mars 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon

Le Conseil national fixe un montant minimum – Le Conseil national veut de plus justes allocations familiales !

Travail.Suisse se réjouit du fait que le Conseil national ait enfin reconnu la nécessité d’agir dans la politique familiale et ait décidé d’améliorations concrètes au sujet des allocations familiales. Avec la fixation d’un montant minimum – même s’il est modeste – par le Conseil national, l’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants ! » remporte un succès partiel supplémentaire. suite

Jeudi passé, le Conseil national s’était prononcé pour un régime fédéral d’allocations familiales et pour ancrer dans la loi le principe un enfant, une allocation. Ce faisant, il a accepté deux exigences importantes de l’initiative de Travail.Suisse « Pour de plus justes allocations pour enfants ! » et montré qu’il a reconnu la nécessité d’agir au sujet des allocations familiales.

Aujourd’hui, le Conseil national s’est prononcé en faveur d’un montant minimum et a fait ainsi un pas supplémentaire pour améliorer la situation des familles en Suisse. Malheureusement, il est resté à mi-chemin. Avec des montants de 200 francs et de 250 francs pour les enfants en formation, les allocations familiales ne sont pas améliorées de façon substantielle. Ce montant ne correspond pas à l’importance que revêtent les enfants pour la société, reconnaît insuffisamment la prestation des parents et ne couvre pas les coûts que les enfants occasionnent.

L’initiative « Pour de plus justes allocations pour enfants ! » reste actuelle
L’initiative de Travail.Suisse « Pour de plus justes allocations pour enfants ! » a fait bouger les choses dans la politique familiale et a amené le Conseil national à prendre enfin au sérieux les exigences des familles en Suisse. Le résultat serré du vote montre que l’on a toujours besoin de l’initiative pour la réussite du contre-projet.

15 mars 2005, Martin Flügel, Président Drucker-icon