Thèmes – Autres points forts – International

Travail.Suisse dit oui à la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’UE

Travail.Suisse, l’organisation faîtière des travailleurs-euses, soutient l’extension de la li-bre circulation des personnes aux nouveaux pays membres de l’UE. La mise en pratique rapide et rigoureuse des mesures d’accompagnement garantit que cette extension ne conduira pas à une détérioration des conditions de travail et de salaire. suite

Travail.Suisse dit oui à l’extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux pays membres de l’UE. Afin de marquer leur soutien, les délégué-e-s de Travail.Suisse ont adopté, lors de leur assemblée de vendredi dernier, la résolution suivante :

Oui à la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’UE avec une mise en pratique rapide et rigoureuse des mesures d’accompagnement
1. Depuis le 1er mai 2004, la Pologne, la Tchéquie, la Hongrie, la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie, la Slovénie, l’Estonie, Chypre et Malte sont membres de l’UE. Ce pas historique de l’élargissement de l’UE est tout à fait réjouissant. Il est donc logique que les Bilatérales I entre la Suisse et les anciens Etats membres de l’UE incluent également les nouveaux membres. Ce principe s’applique aussi à la libre circulation des personnes.

2. Une condition doit néanmoins obligatoirement être remplie: l’extension de la libre circulation des personnes ne doit pas entraîner une dégradation sur le marché du travail suisse ni du dumping salarial et social. Sous la pression des syndicats, les partenaires sociaux ont donc négocié un renforcement des mesures d’accompagnement. Au cours de la session d’hiver 2004, le parlement a adopté toutes ces propositions et procédé encore à d’autres améliorations des mesures d’accompagnement.

3. Les mesures d’accompagnement seront renforcées comme suit: les cantons doivent engager des inspecteurs qui auront pour tâche de contrôler plus souvent et plus soigneusement les conditions de salaire et de travail des employé-e-s. Les employeurs seront tenus d’informer leurs collaborateurs/trices par écrit sur leur salaire et les conditions de travail. En cas d’abus, il sera plus simple de sanctionner les employeurs. Et enfin, la déclaration de force obligatoire simplifiée des conventions collectives de travail permet de fixer des salaires minima.

4. Les fédérations de Travail.Suisse sont représentées avec plus de 24 membres dans les commissions tripartites des cantons et de la Confédération. Elles font pression afin que les instruments pour lutter contre le dumping salarial soient implantés efficacement dès à présent. Les fédérations de Travail.Suisse revendiquent en outre la mise à disposition de moyens financiers, plus de contrôles et une intervention énergique des cantons.

5. Les fédérations de Travail.Suisse disent oui aux Bilatérales I et à l’extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux Etats membres de l’UE. Elles sont prêtes à partager la responsabilité dans la mesure où elles disposent, avec les mesures d’accompagnement renforcées, de la possibilité de lutter efficacement contre le dumping salarial. Elles contribuent ainsi à veiller à ce que la libre circulation des personnes ne se fasse pas au détriment des salarié-e-s sur le marché du travail suisse et que les Bilatérales I puissent continuer d’exister.

02 mai 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

Libre circulation des personnes : Pourquoi il n’y aura pas de forte immigration des nouveaux pays de l’UE vers la Suisse

L’extension de la libre circulation ne provoquera pas d’immigration importante en Suisse. Premièrement parce que la Suisse a obtenu une phase transitoire assez longue qui lui permet de limiter l’immigration. Deuxièmement parce que le potentiel migratoire des nouveaux pays membres n’est pas si grand en raison d’une vigoureuse croissance économique et d’une évolution démographique défavorable comme à l’Ouest.

25 avril 2005, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure

Progrès réjouissants dans la mise en œuvre des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes

Il est réjouissant de constater une amélioration significative dans la mise en œuvre des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes. Ceci renforce la clarté et la conviction du oui de Travail.Suisse à l’extension de l’accord sur la libre circulation des personnes, sur lequel les citoyennes et citoyens se prononceront le 25 septembre 2005.

11 avril 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

Extension de la libre circulation des personnes : L’extrême droite se livre à un sale jeu

Les partis de l’extrême droite ont déposé le référendum contre l’extension de la libre circulation des personnes, s’érigeant ainsi en défenseurs des travailleurs en Suisse. Mais ce n’est qu’un prétexte. S’il s’agissait pour eux de se protéger véritablement contre le dumping salarial, ils auraient approuvé le renforcement des mesures d’accompagnement. Or, tel n’a pas été le cas. En refusant la libre circulation des personnes, ils ne font que poursuivre leur politique xénophobe.

11 avril 2005, Susanne Blank, Responsable politique économique

Brücke • Le pont : Dons pour des tsunamis ignorés

La catastrophe du raz-de-marée en Asie du Sud n’a pas seulement provoqué la mort et des destructions mais également déclenché une vague mondiale de solidarité. Brücke • Le pont, l’œuvre d’entraide de SYNA, craint à vrai dire que les dons pour des tâches importantes dans d’autres pays ne reculent.

14 février 2005, José Balmer, Brücke-Le pont

RSS | D | F | Info juridiques | Impressum | Sitemap | Full Site | LOGIN