Thèmes – Autres points forts – International

Accords bilatéraux de libre-échange CH – pays émergents et en voie de développement

Les négociations commerciales multilatérales à l’OMC étant bloquées, les ac-cords bilatéraux de libre-échange se multiplient. De tels accords doivent aussi inclure les questions du travail ou de l’environnement. La Suisse doit agir dans ce sens.

Annexe Dimension

PD Accords de libre échange CH.doc 43 KB

12 novembre 2007, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure Drucker-icon

Accords bilatéraux de libre-échange CH – pays émergents et en voie de développement

Les négociations commerciales multilatérales à l’OMC étant bloquées, les ac-cords bilatéraux de libre-échange se multiplient. De tels accords doivent aussi inclure les questions du travail ou de l’environnement. La Suisse doit agir dans ce sens.

Annexe Dimension

PD Accords de libre échange CH.doc 43 KB

12 novembre 2007, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure Drucker-icon

Travail.Suisse et Brücke • Le pont sont partenaires : 0,7% – ensemble contre la pauvreté

Une large alliance d’organisations souhaite rappeler au Parlement et au Conseil fédéral, à l’aide d’une pétition, qu’ils ont pris l’engagement d’augmenter leur aide au développement. Travail.Suisse et Brücke • Le pont en font partie. La campagne « 0,7% – ensemble contre la pauvreté » lance le dialogue et la récolte de signatures.

Annexe Dimension

PD Ensemble contre la pauvreté.doc 48 KB

25 juin 2007, José Balmer, Brücke-Le pont Drucker-icon

Congrès de la CES/Séville 21-24 mai 2007: A l’offensive pour une Europe plus sociale et plus durable

Travail.Suisse, membre de la CES, soutient activement le « Manifeste de Séville », le programme d’action adopté par le Congrès de la CES qui revendique une UE plus sociale, plus durable et qui crée davantage d’emplois et surtout de meilleure qualité. suite

La croissance est de retour dans l’UE mais en même temps les conditions de travail se précarisent au point qu’aujourd’hui près d’un-e travailleur-euse sur trois dans l’UE a un contrat de travail précaire (temporaire, à durée déterminée, temps partiel non choisi). C’est pourquoi le débat sur la « flexicurité » ne doit pas, sous prétexte d’une modernisation du droit du travail, conduire à dégrader les conditions d’emploi mais au contraire permettre aux salarié-e-s de s’adapter au monde du travail en mutation par davantage de formation continue et de meilleures possibilités de concilier vie professionnelle et vie familiale. Ce débat touche aussi directement la Suisse car, chez nous aussi, on constate en parallèle au retour à la croissance une augmentation des formes du travail précaire, en particulier le travail sur appel.

Le président de la Commission européenne, Barroso, a indiqué au Congrès que l’UE n’accepte pas le dumping social. Il faut donc que l’on adopte, dans cette perspective, rapidement une directive sur le travail intérimaire et que l’on révise celles sur le détachement des travailleurs et sur les comités d’entreprises européens. Il en résultera aussi en Suisse, indirectement, une protection accrue contre le dumping salarial et social.

Enfin, Travail.Suisse soutient pleinement le manifeste de Séville pour une Europe plus durable permettant de créer de très nombreux emplois dans le domaine des énergies renouvelables.

24 mai 2007, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure Drucker-icon

Congrès de la CES/Séville 21-24 mai 2007: A l’offensive pour une Europe plus sociale et plus durable

Travail.Suisse, membre de la CES, soutient activement le « Manifeste de Séville », le programme d’action adopté par le Congrès de la CES qui revendique une UE plus sociale, plus durable et qui crée davantage d’emplois et surtout de meilleure qualité. suite

La croissance est de retour dans l’UE mais en même temps les conditions de travail se précarisent au point qu’aujourd’hui près d’un-e travailleur-euse sur trois dans l’UE a un contrat de travail précaire (temporaire, à durée déterminée, temps partiel non choisi). C’est pourquoi le débat sur la « flexicurité » ne doit pas, sous prétexte d’une modernisation du droit du travail, conduire à dégrader les conditions d’emploi mais au contraire permettre aux salarié-e-s de s’adapter au monde du travail en mutation par davantage de formation continue et de meilleures possibilités de concilier vie professionnelle et vie familiale. Ce débat touche aussi directement la Suisse car, chez nous aussi, on constate en parallèle au retour à la croissance une augmentation des formes du travail précaire, en particulier le travail sur appel.

Le président de la Commission européenne, Barroso, a indiqué au Congrès que l’UE n’accepte pas le dumping social. Il faut donc que l’on adopte, dans cette perspective, rapidement une directive sur le travail intérimaire et que l’on révise celles sur le détachement des travailleurs et sur les comités d’entreprises européens. Il en résultera aussi en Suisse, indirectement, une protection accrue contre le dumping salarial et social.

Enfin, Travail.Suisse soutient pleinement le manifeste de Séville pour une Europe plus durable permettant de créer de très nombreux emplois dans le domaine des énergies renouvelables.

24 mai 2007, Denis Torche, Responsable politique environnementale, fiscale et extérieure Drucker-icon