Médias – Communiqués de presse

Communiqués de presse récents

Prévoyance Vieillesse 2020: Travail.Suisse met en garde contre la mise en miettes

La commission sociale du Conseil nationale (CSS-CN) discute depuis aujourd’hui jusqu’à vendredi de la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. Cette séance est déterminante : si la commission jette les décisions du Conseil des Etats aux orties et introduit d’autres péjorations au projet, la réforme de la prévoyance va droit dans le mur. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et des travailleuses, met en garde contre la mise en miettes programmée si les tenants de la ligne dure de l’UDC et du PLR arrivent à s’imposer. suite

Les décisions du Conseil des Etats sur la réforme de la prévoyance vieillesse étaient déjà des pilules amères à avaler pour la population. Selon Matthias Kuert Killer, responsable de la politique sociale chez Travail.Suisse : « Aujourd’hui, c’est une véritable mise en miettes qui menace au sein du Conseil national dominé par les rangs bourgeois ». Les signaux montrent clairement un démantèlement drastique supplémentaire.

Dans le catalogue des mesures à la disposition des membres de la commission, on trouve l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes sans aucune compensation dans l’AVS, un âge de la retraite automatique à 67 ans pour tous au cas où la fortune des avoirs de l’AVS diminue, la suppression des suppléments de rente AVS décidées par le Conseil des Etats et la radiation du déplafonnement des rentes AVS pour les couples mariés ou encore la réduction des rentes de veuves. En outre, d’autres réductions menacent, comme les mesures de compensation en cas de réduction du taux minimum de conversion dans le deuxième pilier et le renoncement à toute règle pour limiter les gains des sociétés d’assurance vie orientées sur le profit. « Nous craignons de voir à quoi ressemblera le paquet amputé de la commission sociale du Conseil national » ajoute Kuert Killer.

Il est évident qu’avec ces mesures, la promesse d’ „aucune diminution des rentes“ ne pourra être tenue. Aussi sûrement que menace l’augmentation générale de l’âge de la retraite à 67 ans, le référendum contre un tel paquet sera lancé et gagné. Car « la population ne se laisse pas arnaquer dans la prévoyance professionnelle », Kuert Killer en est convaincu. La CSSS-CN risque ainsi une mise en miettes de la réforme de la prévoyance vieillesse. Cela n’est pas digne d’une politique responsable et prévoyante, c’est pourquoi Travail.Suisse appelle la commission sociale concernée à prendre ses responsabilités et à éviter une telle mise en miettes.

Pour plus d‘informations:
Matthias Kuert Killer, Responsable de la politique sociale Travail.Suisse, Tél. 031 370 21 11, Portable : 079 777 24 69

Annexe Dimension

2016 08 22 AHV2020 f.docx 46 KB

17 août 2016, Matthias Kuert Killer, Responsable politique sociale Drucker-icon

Les augmentations salariales sont possibles et nécessaires

Dans certaines branches et sur le marché de l’emploi, les conséquences de la surévaluation du franc se font encore sentir, mais dans l’ensemble, une croissance solide se profile pour 2016. Cette situation économique stable, nous la devons, notamment, à l’engagement et à la flexibilité des travailleurs et ils doivent maintenant être récompensés pour leurs efforts. Une augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs s’avère donc aussi nécessaire que judicieuse économiquement, car il s’agit là d’un pilier conjoncturel pour la consommation privée. Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et les fédérations affiliées Syna, transfair et Hotel&Gastro Union demande, pour cette raison, des augmentations salariales d’un ordre de grandeur de 1% pour la majorité des travailleurs, lors de l’automne salarial 2016. suite

Les pronostics prévoient, pour l’année en cours, une croissance économique de 1,4%, le cours de l’euro s’est stabilisé aux environs de 1,10 et l’industrie donne des signaux de plus en plus positifs. Certains signes indiquent, en effet, que le point le plus bas a été dépassé, suite à la suppression du taux plancher par la Banque nationale. Seul le marché de l’emploi en subit encore clairement les contrecoups. Pourtant des augmentations salariales significatives doivent être adoptées pour les travailleurs dans la grande majorité des entreprises, lors de cet automne salarial.

Le grand engagement des travailleurs

Les travailleurs ont fait preuve d’un grand engagement et d’une grande flexibilité, ils ont même acceptés des prolongations temporaires du temps de travail et contribués, par la modeste progression de leurs salaires, au maintien de la compétitivité des entreprises. Cela doit être récompensé : Les mesures spéciales prises dans le cadre de la réévaluation du franc doivent être supprimées ; Tous les travailleurs doivent pouvoir participer à la croissance économique, en bénéficiant d’augmentations de salaires applicables à la grande majorité des entreprises, lors des négociations salariales et il faut également accorder plus d’attention à l’équilibre entre le travail et le temps libre, ainsi qu’à la compatibilité entre le travail et la famille.

Des augmentations salariales de 1% valables aussi comme pilier conjoncturel

La situation économique en Suisse est stable, les plus grands risques conjoncturels sont actuellement d’ordre politique. La mise en oeuvre de l’initiative populaire « Contre l’immigration de masse » reste aussi peu claire qu’auparavant, mettant ainsi en danger, de manière latente, les accords bilatéraux avec l’UE. Les conséquences économiques de la victoire du Brexit sur les plus importants partenaires commerciaux de la Suisse ne sont pas encore prévisibles non plus. Et, avec la troisième réforme de l’imposition des entreprises, la Confédération, les cantons et les communes vont devoir réduire massivement et rapidement leurs dépenses. Une augmentation du pouvoir d’achat des travailleurs est donc judicieuse aussi d’un point de vue économique, afin que la consommation privée soit maintenue comme le plus important pilier conjoncturel de cette période.

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et les fédérations affiliées Syna, transfair et Hotel&Gastro Union demande, pour cette raison, que des augmentations salariales d’un ordre de grandeur de 1% soient accordées à la plupart des travailleurs, lors de l’automne salarial 2016.

Plus d’informations:
Gabriel Fischer, Responsable de la politique économique de Travail.Suisse, tél. 076 412 30 53
Arno Kerst, Président de Syna, tél. 079 598 67 70
Esther Lüscher, Présidente Hotel & Gastro Union, tél. 079 417 92 56
Anja Schuler, Collaboratrice scientifique du syndicat transfair, tél. 079 239 98 19

Annexe Dimension

2016 08 09 Dossier MK-Lohnforderungen 2017 f.pdf 1207 KB

09 août 2016, Gabriel Fischer, Responsable politique économique Drucker-icon

Le congé d’adoption en phase de concrétisation

Le congé d’adoption est aujourd’hui à l’ordre du jour de la commission sociale du Conseil national. Adoptée par les deux commissions à la législature précédente, l’initiative parlementaire du démocrate chrétien Romano devrait déboucher sur un projet de législation de 12 semaines payées à se partager entre les parents adoptants. Soutenu par Travail.Suisse, l’organisation faitière indépendante des travailleurs et travailleuses, le projet, peu coûteux, ne concerne que quelques dizaines de cas chaque année. suite

La commission de la sécurité sociale et de la santé publique CSSS du Conseil national concrétise aujourd’hui la volonté politique exprimée par les deux commissions à la législature précédente. Répondant à une lacune dans la politique familiale de la Suisse, le conseiller national tessinois Marco Romano a pu défendre avec succès l’idée de faire bénéficier les parents adoptant un enfant de l’extérieur à la famille d’un congé de douze semaines à se partager. L’adoption d’un enfant – par nature déraciné – prend du temps. Les premières semaines sont déterminantes pour assurer un bon départ à la nouvelle famille et favoriser le climat de confiance indispensable à l’enfant. En accordant ce temps payé aux parents, on favoriserait ainsi la poursuite de l’activité professionnelle des mères, une des mesures-clés de l’initiative pour combattre la pénurie de main d’œuvre qualifiée du libéral-radical Schneider-Ammann.

Imaginé sur le même modèle que l’assurance maternité actuelle qui alloue 80% du salaire, le projet discuté, moins long et égalitaire, ne pèserait que 0,05% des dépenses actuelles de l’assurance perte de gains APG ou 0,04% de ses recettes, avec un coût total estimé à seulement 780’000.-. Le congé d’adoption serait limité aux adoptions d’enfants âgés de moins de 4 ans et ne concernerait pas l’adoption des enfants du conjoint ou du partenaire, afin de favoriser l’adoption exo-familiale. En 2014, la mesure n’aurait concerné que 64 enfants, à la charge de l’APG.

Travail.Suisse estime que l’adoption de peut plus être le parent pauvre des rares mesures de politique familiale suisse, car il s’agit d’un geste de générosité qu’il s’agit de ne pas freiner. Les parents adoptants ont, à l’arrivée de leur enfant, déjà investi beaucoup de temps, d’argent et d’énergie. La société doit désormais reconnaître cette générosité en permettant de prendre un congé payé.

Pour plus de détails :
Valérie Borioli Sandoz, Responsable Politique de l’égalité, 079 598 06 37

07 juillet 2016, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

La pression salariale est bien réelle. Les mesures d’accompagnement doivent être plus fortes

Le Seco a publié aujourd’hui le 12ème rapport de l’observatoire sur la libre circulation des personnes. Il en souligne les effets positifs sur le développement économique et la stabilisation des œuvres sociales et les effets négatifs sur le marché du travail. Pour Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, la protection des salaires et des conditions de travail est fondamentale si l’on veut maintenir aussi à l’avenir la libre circulation des personnes. suite

Le 12ème rapport de l’observatoire du Seco dresse une image positive de la libre-circulation des personnes. La migration s’est produite principalement sur le marché du travail, a apporté une croissance économique positive et a aussi par l’immigration de travailleurs plus jeunes et bien qualifiés stabilisé les assurances sociales. Mais les problèmes sur le marché du travail deviennent aussi plus visibles. Ainsi, les différences salariales entre les nouveaux immigrés et les travailleurs résidents se sont accrues ces dernières années. « Comme ces différences ne s’expliquent pas par des facteurs salariaux pertinents (comme la formation, l’appartenance à une branche ou à une profession), cela signale une pression salariale croissante », indique Gabriel Fischer, responsable de la politique économique à Travail.Suisse. Avec les mesures d’accompagnement, il faut veiller que l’on verse en Suisse vraiment des salaires suisses et que l’on respecte les conditions de travail. Pour être sûr que ce but soit atteint, il faut appliquer de manière rigoureuse les instruments à disposition et aussi les améliorer.

La libre circulation des personnes doit être utile pour tout le monde

La protection des salaires et des conditions de travail sera centrale pour regagner la confiance de la population dans les accords bilatéraux. Venir à bout du grand défi politique de la mise en œuvre de l’Art. 121 a de la Constitution fédérale requiert que la libre circulation des personnes profite à tous. « Il faut garantir la protection des salaires et des conditions de travail, améliorer l’intégration des jeunes au marché du travail, relever la participation au marché du travail des femmes et assurer le maintien des travailleurs plus âgés sur le marché du travail. Ce n’est qu’ainsi que l’on pourra continuer à convaincre la population des avantages de la libre circulation des personnes » ajoute encore Fischer.

Pour d’autres informations :

Gabriel Fischer, responsable du dossier de politique économique, 076 412 30 53

05 juillet 2016, Gabriel Fischer, Responsable politique économique Drucker-icon

Réviser le mécanisme du frein à l’endettement pour investir pour l’avenir

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et travailleuses, regrette que le Conseil fédéral s’entête non seulement à vouloir mettre en œuvre coûte que coûte son programme de stabilisation 2017-2019 mais veuille aussi déjà cet automne proposer des mesures d’économies en plus. Il faut en revanche saluer le réexamen du mécanisme du frein à l’endettement qui pourrait avoir comme effet d’assouplir un peu la politique financière. suite

Pour Travail.Suisse, la situation actuelle des finances de la Confédération ne justifie pas les mesures d’économies en cours. On a jusqu’ici mis en avant le mécanisme du frein à l’endettement pour justifier l’impossibilité de dépenser davantage. Ce mécanisme prévoit de stabiliser la dette et non pas de la réduire. Or, depuis l’introduction du frein à l’endettement en 2003, la dette brute de la Confédération a été réduite d’environ 20 milliards de francs. Avec 17% du PIB, le taux d’endettement de la Confédération est désormais très bas et laisse une grande marge de manœuvre pour dépenser et investir pour l’avenir. C’est pourquoi Travail.Suisse s’oppose aux mesures d’économie qui, de surcroît, arrivent à un mauvais moment en raison des incertitudes conjoncturelles que le Brexit vient encore renforcer. La révision du frein à l’endettement, si elle se fait dans le sens souhaité, représente néanmoins à moyen terme une lueur d’espoir concrète pour une politique financière moins rigide.

Pour plus d’informations :
Denis Torche, Responsable de la politique financière et fiscale, tél. 031 370 21 11 ou 079 846 35 19

29 juin 2016, Denis Torche, Responsable de politique financière et fiscale Drucker-icon

Contacts médias

Contacts pour les médias

Contacts pour les médias:

Linda Rosenkranz
Responsable de la communication
031 370 2111 ou
079 743 5047
rosenkranz@travailsuisse.ch

Présente lundi, mardi, mercredi

Communiqués de presse

Service médias

Conférences de presse

Automne salarial 2016: des hausses de salaires sont nécessaires!

Télécharger le dossier médias

Archives